Prise de court

Publié le 27 Juin 2016

C’est lundi matin, j’arrive au travail, moyennement réveillée (bon, comme un lundi matin au travail voyez, rien d’excessif). Je prépare le café dans la cuisine et rencontre là un collègue qui travaille habituellement dans un autre bâtiment. Je le salue, me mets à faire ma tambouille, quand il me demande à brûle-pourpoint : « Et ça ne vous gêne pas de devoir porter quelque chose en permanence ? » Je le regarde un peu interloquée, mon pot de café à la main. « Oui, votre pompe ? Ou on s’habitue au bout d’un moment ? » Moi qui porte une longue liquette qui cache ma pompe, je me demande comment cette idée lui vient à l’esprit... Apparemment une raffinée et discrète pêche aux renseignements ! Aahh très bien, il fallait le dire tout de suite !

Comme c’est un collègue que j’apprécie, je lui dis que oui on s’habitue, mais en fait on y pense tout le temps et c’est ça qui est pesant. Pour alléger un peu le propos (on est quand même lundi matin, je n’ai pas envie de faire du surdramatique, d’autant que le café n’est pas encore prêt avec tout ça.), je lui fait remarquer que c’est un peu comme les jeunes qui ont tous un portable tout le temps et qui doivent sans doute dormir avec, chose que je ne comprends pas : quand on a la chance de ne pas avoir un besoin vital d’être relié à un quelconque appareil, pourquoi s’encombrer d’un truc pareil ? Étant lui-même papa d’un jeune de 14 ans, la conversation a donc pu continuer sur ce sujet – parce que dès le lundi matin sans crier gare, je n’ai pas forcément envie de discuter diabète…

Bonne journée à vous.

Rédigé par Amice

Publié dans #diabète, #collègue

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Der Kollege sollte einfach Deinen Blog lesen.... so bräuchte er Dich gar nichts mehr zu fragen ...☺
Répondre
A
Bonjour Anne!
Recht hast Du. Das ist ein IT-Spezialist, ich sprech ihn an :)
Merci!